Inspirer les élèves et convaincre les enseignants d’utiliser la robotique en contexte d’enseignement. Voilà la mission que s’est donnée une conseillère pédagogique du Centre de services scolaires des Draveurs.  

Isabelle Lafrance, qui possède 26 ans d’expérience dans l’enseignement des sciences et de la technologie, est grandement impliquée dans le développement de la robotique aux niveaux primaire et secondaire. Ces efforts des dernières années ont été soulignés dernièrement. Mme Lafrance vient de recevoir Le badge COLLABORATION décerné par le RÉCIT, un réseau axé sur le développement des compétences des élèves par l’intégration des technologies. Cette distinction vise à reconnaitre la collaboration de personnes externes à la réalisation de la mission du réseau. La nomination de la conseillère pédagogique a été proposée par Mme Édith Gamache, l’une de ses collègues de travail.

« J’ai toujours eu une grande passion pour la robotique. Les gens croient souvent que c’est seulement pour les plus petits, mais pas du tout. C’est possible d’amener ces notions au niveau secondaire. La robotique fait déjà partie de la vie des jeunes. Ils font tous de la programmation sans le savoir au quotient. Les apprentissages faits durant les activités de robotique seront utiles dans plusieurs aspects de leur vie », affirme-t-elle.     

Photo 1.png           Photo 2.png

Lors d’un congrès virtuel du RÉCIT l’automne dernier, Mme Lafrance a partagé son expérience concernant un projet de développement réalisé avec une classe de secondaire 5 à l’École secondaire du Versant. Les élèves du cours de physique ont appris à manœuvrer des robots Mindstorms EV3, une technologie conçue par la compagnie LEGO. Les robots étaient utilisés comme instrument de laboratoire afin de récolter des données.

« Je dois avouer que j’ai un penchant pour la robotique EV3. Je voulais partager à d’autres pédagogues de la province une tâche d’apprentissage sur le mouvement que j’ai eu la chance de tester avec certains élèves. Nos écoles secondaires sont vraiment intéressées par l’utilisation des robots à des fins pédagogiques. Après la crise sanitaire, je suis persuadée que ce type d’apprentissage sera intégré de plus en plus à la planification des enseignants. »

Photo 3.png        Photo 4.png

Calculer des distantes et des vitesses, programmer des robots et comparer la robotique à la nature. Il existe des dizaines d’activités du genre qui permettent d’assimiler les grands concepts en sciences et technologies. Mme Lafrance constate que les cours de robotique suscitent beaucoup l’intérêt des jeunes.

« Les élèves aiment chercher et se demander pourquoi un procédé n’a pas fonctionné. Quand ils trouvent des réponses à leurs questions, leurs yeux s’illuminent. Voir l’expression sur leur visage, c’est vraiment motivant. Ça confirme que ma façon de voir l’enseignement est efficace. »  

La conseillère pédagogique tient à remercier le RÉCIT pour la distinction qu’elle vient de recevoir. Elle souhaite aussi souligner la grande collaboration des enseignantes et des enseignants qui croient, eux aussi, qu’il est important d’innover en éducation.

EN SAVOIR PLUS AU SUJET DU RÉCIT